Sauvons Koumbi Saleh

koumbisalehKoumbi Saleh, la capitale de l’empire du Ghana(Wagadu) est situé entre la ville de Timbédra(à 80km)et Bou-steila dans la région du Hodh Charghi,au sud est de la Mauritanie et à quelques encablures de la frontière malienne.

La légendaire Kumbi Saleh est le site archéologique le plus célèbre de Mauritanie. Elle fut jusqu’au XIIè siècle la capitale du premier état africain : l’empire du Ghana, fondé par les Soninkés.

A l’époque, la ville comptait jusqu’à 30 000 habitants – il s’agissait d’une des plus grandes villes du monde – et tirait sa richesse du commerce du sel et de l’or. Le faste de sa cour était alors fameux dans tout le monde arabe. Les historiens rapportaient que “le roi du Ghana était si riche que ses chevaux étaient attachés de paillettes d’or de 15kg” (El-Idrisi), “dormaient sur un tapis et étaient attachés avec des cordes de soie” (El-Bakri).

Bien qu’animistes, vénérant leur génie tutélaire (le serpent bida), les Soninkés autorisaient toute liberté de culte. Lorsque les Almoravides prirent Kumbi Saleh en 1075, ils y imposèrent l’Islam et saccagèrent la ville. Les guerres qui s’ensuivirent achevèrent sa destruction. Les commerçants berbères se tournèrent alors vers Oualata.

Aujourd’hui, le site s’étale sur plus de 10 kilomètres. Témoins des splendeurs passées, on y trouve les restes d’une vaste nécropole, quelques grandes rues bordées des ruines de maisons aux murs de schistes, un monument animiste à colonne et une mosquée remarquablement restituée par l’archéologie.

le 08 juillet 2015 à Nouakchott  Une journée scientifique sur le site historique et archéologique de Koumbi Saleh ainsi que son rôle dans la préservation du patrimoine culturel a été organisée dans le cadre d’une initiative conjointe de l’institut mauritanien de recherches scientifiques (IMRS) et de l’université de Nouakchott (UN).

Le président de l’UN, Sidi Ould Mohamed Abdallahi a salué cette initiative devant permettre de vulgariser le patrimoine d’une Cité mauritanienne connue par son rayonnement scientifique ayant profité aux pays voisins.

Il a, enfin, exhorté les participants à intensifier leurs efforts pour sortir avec des recommandations à même de pérenniser et de préserver le patrimoine des anciennes villes, en début des circonstances et aléas climatiques, défavorables.

Des personnalités scientifiques et académique ont participé à l’activité.

©rimculture septembre 2015

Les commentaires sont fermés