Rfi : Top 10 des albums world/Afrique en 2016

top10rfi

La musique est riche de sa diversité. Toutes les cultures produisent ainsi, dans des régions différentes, de multiples sonorités que le public mélomane peut s’approprier où qu’il se trouve. Voici donc dix albums, essentiellement africains, qui nous ont séduits pendant cette année 2016.

The Traveller de Baaba Maal
Si Baaba Maal reste à 60 ans passés, un artiste singulier, c’est en partie pour sa capacité à transporter sans heurts, les chansons de son Sénégal natal dans des univers inattendus. Pour The Traveller, il a fait appel au savoir-faire musical du producteur suédois Johan Hugo, du groupe électro The Very Best, et aux mots de Lemn Sissay, un poète anglo-éthiopien.
Lire l’article

Diabateba Music vol.1 de Sidiki Diabaté
Récompensé dès 2010 dans son pays alors qu’il avait 19 ans pour ces qualités de beatmaker et compositeur, le Malien Sidiki Diabaté voit sa cote de popularité grimper en flèche en Afrique francophone. Fils du musicien de référence Toumani Diabaté, il cherche à être un ambassadeur de la kora, instrument que l’on pratique dans sa famille depuis 72 générations. Avec son premier album Diabateba Music, il l’inscrit dans les sonorités urbaines de son époque.
Lire l’article

Koya d’Abou Diarra
Issu de la lignée des chasseurs bambara, Abou Diarra est un joueur de kamélé n’goni hors-pair. Avec ce luth malien ancestral, l’artiste offre un blues convaincant sur son quatrième album Koya. Un opus soigneusement réalisé par Nicolas Repac sur lequel figure l’harmoniciste Vincent Bucher. Le résultat donne une esthétique contemporaine sans gommer l’aspect séculaire. Pour l’occasion, Abou Diarra se produira en région parisienne au Hangar à Ivry-sur seine, le 18 novembre et au Festival Africolor à Montreuil, le 24 décembre.
Lire l’article

Imarhan d’Imarhan
Considéré comme l’un des petits frères de Tinariwen, tant en raison de liens familiaux que pour avoir bénéficié de son appui dans la production de son premier album, le groupe algérien Imarhan affiche ses ambitions : emmener la musique touarègue encore plus loin.
Lire l’article

 

Miriya de Kanazoé Orkestra
Instrument légendaire d’Afrique de l’Ouest, le balafon joue le premier rôle, à la fois énergique et mélodique, dans le Kanazoé Orkestra, qui sort son premier album intitulé Miriya. Entretien avec le virtuose burkinabè Seydou Diabaté, à l’origine du projet, et Laurent Planells, batteur de cette formation basée à Toulouse, dans le Sud de la France.
Lire l’article

le Bruit des vagues de Valérie Louri
Rester lucide. C’est le mot d’ordre que la Martiniquaise Valérie Louri a gardé à l’esprit tout au long de la réalisation de son quatrième album, intitulé le Bruit des vagues, pour atteindre l’objectif qu’elle s’était secrètement fixée et éviter de se perdre en cherchant de nouveaux rivages.
Lire l’article

L’Art de vivre de Nix
Avec son nouvel album L’Art de vivre sorti en septembre dernier, le rappeur sénégalais Nix renouvelle son art en y apportant plus de musicalité et s’affiche aux antipodes des artistes engagés de son pays. Rencontre avec Nicolas Omar Diop, jeune optimiste qui veut créer un beat sénégalais pour concurrencer les mastodontes nigérians.
Lire l’article

Arbina de Noura Mint Seymali
Chanteuse à la voix puissante, Noura Mint Seymali revient avec Arbina, son deuxième album. Profondément attachés à la tradition musicale des iggawin, les griots de Mauritanie, la chanteuse et joueuse d’ardine et son mari patinent leur blues du désert, d’arrangement rock et de distorsion. Effet réussi, 10 titres enivrants à découvrir de toute urgence !
Lire l’article

Forever de génération en génération de Papa Wemba
S’il ne comble pas le vide qu’a laissé la disparition de la star congolaise Papa Wemba, survenue en plein concert à Abidjan il y a six mois, l’album Forever – De génération en génération dévoile les ultimes chansons de ce pilier de la musique africaine. Revue de détail.
Lire l’article

 

Zanz in Lanfér de Wati Watia Zorey band
Pour reprendre Alain Peters, poète maudit, chantre de l’âme réunionnaise, six musiciens ont formé le Wati Watia Zorey Band, composé, entre autres, de membres de Moriarty et de la chanteuse Marjolaine Karlin. De leur union émerge un disque tendre, juste et infiniment poétique.
Lire l’article

 

source : http://musique.rfi.fr/

©rimculture janvier 2017

Les commentaires sont fermés