PESCC : Capitalisation sur le volet artisanat

ilogopesscRestitution de l’étude de capitalisation sur le volet artisanat

Un atelier de restitution de l’étude de capitalisation sur le volet  artisanat du Programme de l’Union Européenne pour la Société civile et la Culture (PESCC) s’est ouvert mercredi matin dans les locaux de l’Hôtel Azalaï de Nouakchott.

Dans une allocution prononcée à cette occasion, le régisseur et coordinateur du PESCC, M. Patrick Ryckaert, a indiqué que le programme a initié, depuis quatre ans, un projet de compagnonnage où les anciens artisans ont encadré et formé une nouvelle génération  ce qui permettra de perpétuer et de conserver le riche patrimoine culturel de la Mauritanie qu’il convient de renforcer. Il a ajouté que dans ce contexte, le PESCC a débloqué un financement de l’ordre de 160 millions d’Ouguiyas pour la formation des jeunes au niveau de 24 coopératives.

  1. Patrick Ryckaert, a précisé que le programme a formé 110 jeunes dans les divers domaines de l’artisanat grâce à des maîtres artisans dans dix filières au niveau de ses 6 pôles d’intervention en privilégiant la spécialisation. La formation de chaque jeune a nécessité un financement de 1.500.000 Ouguiyas.

Lui succédant, le représentant de la Délégation de l’Union européenne, M. Leandro Medeot, a mis l’accent sur l’importance que l’UE accorde à l’artisanat pour ses apports culturels ainsi que sa capacité de créer des emplois.

  1. Medeot a ensuite mis l’accent sur les succès remportés par le programme qui a su allier les aspects relatifs à la société civile, la culture et l’artisanat. Il a ajouté que le rôle de l’UE est d’encourager la dynamique locale et promis qu’après l’achèvement du PESCC, l’Union européenne continuera d’appuyer la société civile, la culture et l’artisanat en Mauritanie.

Pour sa part, le directeur de l’Artisanat au ministère de la Culture et de l’Artisanat, M. Abidine Ould Baba Ahmed, a indiqué qu’au terme de quatre d’intenses activités dans le domaine de l’artisanat, avec la collaboration des ministères des Relations avec le Parlement et la Société civile, de l’Economie et des Finances et de la Culture et de l’Artisanat, le PESCC a procédé à la formation de 110 artisans dans 10 spécialisations  au niveau des 6 pôles d’intervention  grâce au savoir-faire  de 25 maîtres artisanaux dans le cadre du compagnonnage.

Le directeur de l’Artisanat a ajouté qu’à l’issue de leur formation  ces jeunes ont été organisés

dans 25 petites unités de production financées par le PESCC qui a pris en charge le matériel de production nécessaire à chaque spécialité.

Le programme a également procédé à la formation de 30 responsables des organisations professionnelles  sur les méthodes de  création des projets, la gestion et le partenariat, a-t-il dit.

  1. Abidine Ould Baba Ahmed a souligné que le ministère d la Culture et de l’Artisanat demande à l’Union européenne et aux partenaires bailleurs de fonds de poursuivre et d’élargir leur appui au secteur de l’artisanat pour englober le plus grand nombre possible de franges de la population.

Dans sa présentation de l’étude de capitalisation du volet artisanat du PESCC, M.  Ahmed Sadji, consultant en capitalisation,  a, d’abord  rappelé les objectifs de l’étude  et de la méthodologie suivie. Il a ensuite présenté les éléments de diagnostic sur l’artisanat mauritanien qu’il a qualifié de très diversifié avec 10 branches d’activités et 7 filières en plus d’une centaine de métiers. Il s’agit, a-t-il poursuivi, d’un artisanat pourvoyeur d’emplois car il occupe environ 25 mille artisans.

Parlant du volet réalisations du PESCC, l’étude fait état de la formation de 110 jeunes par des maîtres artisans dans 10 filières au niveau des 6 pôles d’intervention du PESCC  (Aïoun, Atar, Kaédi, Boghé, Nouadhibou et Nouakchott).

Le programme a également renforcé les capacités de représentation de 30 organisations professionnelles d’envergure locale et nationale, formé 25 micro-entreprises. Il a aussi contribué à la sauvegarde et à la valorisation du patrimoine culturel, appuyé la formation qualifiante, impulsé une nouvelle génération d’artisans et l’entrepreneuriat  des jeunes mauritaniens.

L’étude fait également ressortir les importants efforts qui  ont été consentis par le programme en matière de soutien au financement de l’artisanat, de promotion commerciale de l’artisanat local et de développement de la représentativité des organisations professionnelles.

Salah Ould Abeïdalla

img_4811

img_4807

img_4801 img_4806

img_4845

img_4809

img_4803  img_4808

©rimculture novembre 2016

Les commentaires sont fermés