Le henné, art des femmes de Mauritanie

aline-tauzin-le-henne-art-des-femmes-de-mauritanie-o-2910728056-0Le henné est, en Mauritanie comme dans l’ensemble du Monde arabo-musulman, voire au-delà, d’un usage très ancien et diversifié.

D’abord rempart contre les agressions des démons ou du mauvais œil, puis substance thérapeutique diversement utilisée, il est surtout, de nos jours, outil de parure féminine. Une technique originale de réserve, à l’aide de sparadrap, a permis récemment le développement de motifs très variés. Exécutés à l’occasion de fêtes religieuses ou profanes, ils participent d’une séduction que les hommes chantent inlassablement dans de brèves poésies.

« Le henné, art des femmes, art pour les femmes est aussi objet de poème et d’amour. Aline Tauzin souligne bien la place occupée par le henné dans la poésie maure, et elle en donne des exemples. Mieux, le henné « insigne de la femme » embeillit des parties d’elle essentielles dans les critères de beauté féminine, tels que codifiés dans l’esprit des anciens maures. »Quelques gestes suffisent pour évaluer la beauté de la femme, des gestes qui dévoielent les seules extrémités de son corops et que résume la location proverbiale suivante : lemra alla hadd isselm we ikellemhe we exattihe le ixalve « la femme, on la salue, on lui parle et on lui fait dépasser le coin de la tente ». Ce faisant, on découvre la main quidoit être liée, fine, on apprécie la délicatesse du poignetet, à l’opposé, la grosseur de l’avant-bras, on jauge l’alignement de sa dentition, mais aussi la qualité de sa conversation, et tandis qu’elle enjambe la corde qui maintient le coin de la tente fixé au sol, on apprécie la longueur et l’étroitesse de son pied, la finesse de sa cheville et le galbe des on mollet. » (Extrait d’un article de M’Bareck Ould Beirouk, Al Mawkib, n°17-18)

Photographies de Karine Ancellin-Saleck, Merzack Mehleb et Aline Tauzin

( Livre )
Ibis Press
1998, 64 p., 15 euros

Coéditeur : Unesco – ISBN : 2910728056

Les commentaires sont fermés